samedi 11 mars 2017

[copinage] 23-24 mars, théâtre de Ménilmontant, "Mise en boîte", une pièce de Inès Anane


"J'en ai tellement marre des cases, casiers, boîtes, camps, cellules, que j'ai écrit une pièce de théâtre qui raconte l'histoire d'un mec qui rêve de liberté dans cette putain de société où tout nous enferme. Cette pièce de théâtre c'est l'histoire de mes potes détenu.e.s, de mon frère mais aussi de mon cousin assassiné en 2008 par un gendarme, et de tous les miens qui essaient de survivre tant bien que mal face aux violences d'État. Nous serons 10 sur scène et on vous attend nombreux."

Zef rêve de liberté dans une société où il se sent enfermé de toute part. Ses allers-retours en prison l'empêchent d'avoir une vie stable. Malgré sa volonté de sortir de cette spirale infernale, la violence étatique le rattrape à chaque fois.

Mise en boîte, de Inès Anane. Théâtre de Ménilmontant, 15 rue du Retrait 75020 Paris, 23 et 24 mars.

Dimanche 19 mars, 14h, Nation-République. Marche pour la justice et la dignité

Pas de légitime défense pour le policier ayant tué Amine Bentounsi d'une balle dans le dos, condamné en appel à cinq ans de prison avec sursis

Après plus de six heures de délibérations, les jurés de la cour d'Assises de Paris ont rendu leur verdict et rejeté la légitime défense. Acquitté en première instance, Damien Saboundjian, le policier qui a tué d'une balle dans le dos Amine Bentounsi, a été condamné en appel à cinq ans de prison avec sursis et suspension du port d'armes pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner".
Compte-rendu du procès dans le Monde.
Dans le Courrier de l'Atlas, Nadir Dendoune fait remarquer que, contrairement au procès en première instance à Bobigny, où ils étaient pléthore (et très agressifs), les policiers venus soutenir leur collègue étaient cette fois peu nombreux.

La réaction d'Amal Bentounsi, sœur d'Amine, après le verdict, qui égrène le nom des vingt dernières personnes tuées par la police, la plupart Noirs ou Arabes, et appelle à la marche du dimanche 19 mars contre le racisme et les violences policières.
Témoignages d'Amal Bentounsi et d'Omar Slaouti, membre du collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri, après le réquisitoire du procureur demandant 5 ans de prison avec sursis.

samedi 4 mars 2017

"Violences policières : dire non au permis de tuer", une tribune de Amal Bentounsi


Amal Bentounsi, la sœur d'Amine Bentousi, tué en 2012 par un policier, Damien Saboudjian, relaxé en première instance, et dont le procès en appel (suite à l'appel du Parquet), aura lieu à Paris du 6 au 9 mars 2017, publie dans Libération une tribune : "Violences policières : dire non au permis de tuer !"

Elle appelle à une marche le dimanche 19 mars pour protester contre les violences policières.

Relire son interview publiée en octobre 2016 sur le Bondy Blog.